Fukushima: vivre avec de faibles doses de radioactivité. Les citoyens s’organisent.

See on Scoop.itComment aider le Japon

« 2 ans après la survenue de l’accident nucléaire de Fukushima en 2011, notre vie avec le danger de l’exposition à long terme de faibles doses de radiations commence tout juste.

Il nous faut surveiller de près les doses de radiations externes, avec une attention renouvelée. Les niveaux de la radiation de fond ont pu baisser Fukushima, en partie grâce à la diminution du césium 134 dont la demi-vie est d’environ 2 ans; et certains résidents sont satisfaits. Cependant, des mesures effectuées par des groupes indépendants de citoyens et de scientifiques ont montré que les autorités avaient falsifié les résultats en manipulant les balises de surveillance des doses dans l’air; dans le but de minorer la perception des risques dus aux radiations.

 

Le réseau « Fukushima pour sauver les enfants des radiations » a lancé un nouveau projet de surveillance des radiations qui indique seconde par seconde les doses de radiations sur une carte. Nous allons utiliser la technologie de surveillance et de localisation du « hotspot finder » (trouveur de points chauds), un contrôleur automatique de la dose dans l’air relié à un GPS.
Les points chauds (hotspots) sont des endroits où les doses dans l’air sont considérablement plus hautes que dans les zones environnantes. Ils sont souvent créés par des concentrations de radionucléides entraînés par l’eau ou le vent. Le système actuel de surveillance par les autorités n’est pas conçu pour détecter ces Points chauds.

See on www.vivre-apres-fukushima.fr

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.