Une réflexion sur “La Machine