« Jamais la condition des animaux n’a été aussi misérable »

Végétarisme, alternative alimentaire

Pour Corine Pelluchon, professeure de philosophie, les oies gavées et les animaux élevés pour leur fourrure pâtissent d’un triste sort dont le capitalisme est responsable. Mais le consommateur n’est pas innocent non plus.

See on www.lemonde.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s